Kazen Garden à Essaouira
Photographie Lili Barbery-Coulon

Kazen Garden à Essaouira

Kazen Garden à Essaouira

Dernier article du cycle sur le Maroc entamé il y a quelques semaines (jusqu’à mon prochain séjour dans ce pays merveilleux): après le bivouac de luxe dans le désert d’Agafay, les cours de cuisine locale à Essaouira, le sublime Jardin des Douars, bienvenue chez Kazen Garden, un lieu spécialisé dans les retraites bien-être. L’occasion de se questionner sur l’engouement autour des stages de développement personnel et d’apprendre à choisir la retraite qui est faite pour nous…

le phénomène des retraites wellness

Ce vendredi 25 mai commence une nouvelle retraite de yoga kundalini organisée par Caroline Benezet à Sidi Kaouki près d’Essaouira. J’envie tellement les participant.e.s. Je sais qu’ils vont vivre une semaine de transformation et de connexion avec ce qui scintille au plus profond d’eux-mêmes. De son côté, Anne Bianchi, mon autre prof de yoga kundalini décolle pour Formentera avec un groupe d’élèves en quête de mieux être et de dépaysement. Vous avez dû le remarquer : les retraites yoga comme les stages de développement personnel ne cessent de se multiplier. Je me réjouis de cette prolifération. Il n’y a plus une semaine sans qu’on me contacte pour aller tester un weekend de yoga, un jeûne, une marche intensive, une retraite silencieuse et ce, à tous les tarifs… Je ne suis pas étonnée par ce mouvement. Ce n’est pas une tendance fugace. Il s’agit d’une lame de fond. Il faut bien qu’on trouve le moyen de se réveiller et de sortir du bain anxiogène dans lequel on est (ou a été) noyé. Tous les codes avec lesquels nous avons été élevés, tout ce qui nous a façonné, souvent conditionné ou parfois soutenu jusqu’à présent sont en train de s’effondrer. Un grand château de sable mouvant. Que ce soit dans le domaine du travail, dans celui de la famille, de la sécurité, de l’éducation, de la santé, des relations amoureuses : tout passe à la centrifugeuse. Je ne fais pas partie des nostalgiques qui regrettent le monde d’avant. J’accueille ce qui vient aujourd’hui et j’essaie juste de comprendre comment trouver ma place ici et maintenant. Or, ces retraites, loin d’être toutes égales ou efficaces, répondent à un grand besoin de clarté personnelle. On se sent englué dans un quotidien qui ne nous convient plus sans savoir par quel côté commencer à percer le mur en béton qu’on a tout autour de soi. On est parfois si perdu qu’on ne sait même pas quelle retraite choisir ni dans quelle direction marcher…

Photographie Lili Barbery-Coulon. La terrasse du Kazen garden

chacun cherche sa retraite…

Tout le monde ne peut pas aller jeûner deux semaines dans une clinique allemande ou garder le silence dans un monastère pendant cinq jours d’affilée. En vérité, si : tout le monde le peut, si l’encadrement est adapté. Mais certain.e.s sont plus prêt.e.s que d’autres à vivre ce genre d’expériences et il me semble important de procéder par étapes. Commencez par définir votre besoin le plus urgent : du repos ? de la distance avec votre quotidien pour faire le point ? de la reconnexion avec votre corps ? de la spiritualité ? du retour au calme dans l’assiette ? de l’apaisement au sujet d’une douleur chronique ou d’une détresse psychologique ? gagner en forme physique ? Puis, demandez-vous quel est votre niveau sportif et votre état émotionnel avant de vous lancer dans un trek en Mongolie (comme mon amie Nadège Winter le fait actuellement dans le cadre d’un voyage à but caritatif). En même temps, plusieurs professeurs de yoga que je connais diraient ici qu’il n’y a pas de hasard et que si vous êtes attirés par un stage et que vous vous inscrivez, c’est que c’était fait pour vous…

Photographie Lili Barbery-Coulon

un havre de paix au maroc

Depuis plusieurs mois, je reçois au moins un message par semaine pour me demander des conseils sur les retraites que j’ai déjà testées. Or, lorsque j’étais à Essaouira en mars dernier et que je suis allée prendre un cours de Pilates chez Kazen Garden avec Sophie Casen, la co-fondatrice de ce lieu spécialisé dans les retraites bien-être, je me suis dit que c’était la formule idéale pour celles et ceux qui rêvent de prendre soin d’eux sans forcément vouloir entamer un chemin spirituel. C’est grâce à l’Hôtel Jardin des Douars que j’ai fait la découverte de cet éco-lodge atypique situé dans les terres, à 14 km d’Essaouira et 10 km de la mer. Un bâtiment en pierre construit en 2008 par Sophie, ancienne experte es mode reconvertie dans le bien-être et l’enseignement du Pilates et son amoureux Philippe – ex pro de la communication fou de permaculture, ainsi que leur fille Lila. En 2016, ils décident de mettre leurs talents, leurs passions et leurs rêves en commun pour faire de cette propriété de deux hectares et demi un lieu de rédemption pour urbains en surchauffe.

Photographie Lili Barbery-Coulon

un décor épuré

En entrant, on est d’abord frappé par la beauté de la décoration qui évoque à la fois l’élégance des maisons de l’île de Ré et l’artisanat marocain par touches raffinées. Je n’ai aperçu que les espaces communs donc je ne peux pas vous parler des chambres. Nous sommes arrivées très tôt pour bénéficier d’un cours de Pilates dans la cour arrière à l’abri du vent. Il faisait gris ce matin-là, ce qui est assez rare dans cette région du Maroc, sinon nous nous serions probablement installées devant la piscine dans le jardin qui fait face à la maison. Sophie est une enseignante exceptionnelle, elle est très précise dans ce qu’elle demande et nous pousse à aller le plus loin possible. Lorsque nous sommes parties (car on peut s’y rendre juste pour un cours ponctuel si l’on séjourne dans le coin ou au Jardin des Douars), le groupe de la retraite se levait tranquillement en direction du petit-déjeuner servi autour d’une table d’hôtes dans le jardin. J’ai reconnu une créatrice parisienne globetrotteuse au goût sûr et je n’étais pas étonnée qu’elle ait choisi un lieu pareil pour se faire du bien. Les chambres (que je n’ai pas vues car elles étaient toutes occupées) sont à partager en lits simples ou en lits doubles. On peut aussi réserver une chambre rien que pour soi mais c’est évidemment plus coûteux.

Photographie Lili Barbery-Coulon

Le menu des retraites de kazen garden

Rayon retraites, le menu est très varié. On peut venir pour un séjour de cinq ou sept jours, systématiquement en pension complète (les boissons soft et l’alcool ne sont cependant pas compris dans les forfaits) avec des activités sportives qui varient du Pilates à la remise en forme façon boot camp, du yoga au surf (l’océan est juste à côté), de la diététique au renforcement musculaire… L’idée: profiter du charme des lieux tout en apprenant à s’alimenter plus sainement et en ciblant ses muscles profonds. Il y a du wifi mais on est invité à se déconnecter. Les repas sont préparés quotidiennement avec les légumes et les herbes du potager de la propriété, développé dans le respect de la permaculture. Sophie et Philippe font appel à de nombreux intervenants au cours des retraites organisées chez Kazen Garden (nutritionniste, professeur de yoga…) ce qui leur permet d’enrichir les propositions. Il me semble que c’est un bon moyen de commencer à reprendre contact avec son corps et à renouer avec des habitudes plus saines sans être dans une intensité aussi puissante que les retraites de yoga kundalini dont je vous ai parlé. Si vous séjournez dans la région et que vous souhaitez prendre un cours de sport et découvrir ce lieu magnifique, Sophie propose des cours de Pilates, de Swiss Ball, aquagym, stretching et même yoga au prix de 20€ le cours (voir coordonnées en bas de l’article). 

Photographie Lili Barbery-Coulon

Je suis certaine qu’on se sent déjà mieux après une semaine pareille. L’idée est de trouver dans cette énergie nouvelle la force nécessaire pour se rapprocher de nos désirs véritables… Je vous parlerai bientôt d’une autre option si vous disposez de peu de temps, que vous avez envie de luxe et d’initiation au yoga avec un weekend à l‘Hôtel Royal Evian dans les Alpes. Un autre bon moyen de commencer à se faire du bien en prenant de la distance avec son quotidien.

Philippe, Sophie et leur fille Lila

Kazen Garden, Ait-Lahcen, Route d’Ida Ogourd, 44000 Essaouira, Maroc. Tel : +212 (0) 633 12 96 92. Les prix des retraites par personne, activités sportives et repas en pension complète inclus, logement en chambre partagée à partir de 850€ les 5 jours ou 988€ les 7 jours (sans le billet d’avion ni la taxe de séjour). Contact pour les cours de pilates sur place:   sophie@kazengarden.com